Erin reposa son café, le cinquième de la journée. Encore une heure, et elle pourrait enfin rentrer chez elle. Pas qu’elle soit malheureuse dans cette petite boite d’informatique où elle était faisait son alternance cette année, mais s’il y avait bien une chose qu’elle n’aimait pas, c’était de rester pour rien.

Elle savait très bien qu’elle avait fini ce qu’elle devait faire aujourd’hui, qu’elle n’avait pas besoin de prendre d’avance pour demain, et surtout, qu’elle ne serait pas efficace sur autre chose maintenant. Depuis 7h30, sa journée bien remplie, son cerveau était à sec. Rien de bon n’en sortirait à présent, si ce n’est des erreurs et des bugs qu’elle passerait encore plus de temps à corriger plus tard. Ça irait mieux demain, mais en attendant, elle devait encore rester un peu, pour maintenir la « paix sociale ».

Dans une heure, elle pourrait sortir sans avoir de regards envieux de ses collègues ou furieux de la direction. En attendant Erin, comme le reste de ses collègues, zonait sur Internet. Sur des forums, souvent d’informatique, mais surtout sur la page du fablab de son école.

Erin avait vite été séduite par le concept ; pas besoin de parler, ou d’avoir des compétences. Si tu t’y connaissais, tu pouvais partager, sinon, les autres seraient heureux de partager leurs connaissances. Elle appréciait que dans cet endroit, il n’y ait aucune compétition.

« Tiens, ce soir, ils vont expliquer comment créer ses modèles pour imprimante 3D… », se dit Erin. Peut-être que l’activité intéresserait Phyl. C’était un geek, passionné par les machines, et par les nouvelles technologies. Il était ce que Erin pouvait considérer comme son meilleur ami. Ils ne faisaient pas les mêmes options, mais fréquentaient tout deux le fablab, souvent les mêmes jours, et participaient aux même activités. Bien qu’ils ne se voient pas vraiment en dehors du fablab, il y avait une certaine complicité entre eux. À force de participer aux mêmes ateliers, ils avaient sympathisé.

Erin s’attendait à avoir encore une heure à tirer lorsque le chef passa sa tête par la porte de l’openspace.

— « Bonsoir tout le monde ! » lança-t-il, de loin.

Il reçu en retour quelques bonsoirs de collègues, qui se replongèrent rapidement sur leurs ordinateurs, montrant du coup au chef à quel point ils étaient occupés.

Erin se leva et alla laver sa tasse. Elle se reconnecta et vérifia une dernière fois ses mails. On entendit encore le chef quelques minutes dans les couloirs, le temps qu’il finisse de faire le tour des bureaux, puis ce fut le calme.

Cinq minutes plus tard, tout le monde rangeait ses affaires. Erin se réjouit, elle arriverait au fablab plus tôt aujourd’hui.