Cerise était sortie. Erin verrouilla la porte.

Pour la première fois depuis qu’elle était arrivée, Erin ne se sentit pas à l’aise dans sa chambre. Elle se demandait si l’intimité qu’offrait la chambre était bien réelle ou si là aussi, l’Académie surveillait chacun de ses faits et gestes.

La première fois qu’elle avait fouillé sa chambre, c’était une sorte de pari avec Cerise. Erin avait parié que l’Académie les fliquait même dans leurs chambres, et Cerise et elles avaient passé la chambre au peigne fin. En fin de compte, Erin avait perdu car elles n’avaient rien trouvé de bizarre. Aujourd’hui, pourtant, elle refouilla méticuleusement à la recherche de elle ne savait pas trop quoi. Une fois rassurée, elle s’assit à son bureau et ouvrit le papier.

Sur le papier, la marche à suivre pour atteindre le darknet.

Il était joint au papier une micro clef USB, contenant un programme. Elle ne l’avait pas remarqué au premier abord, car celle-ci était bien cachée au milieu des plis. Le programme devait servir d’écran entre les activités de l’utilisateur et les mouchards de l’Académie. Si elle supprimait les mouchards de son PC, l’Académie ne saurait plus ce qu’elle faisait sur le coup, mais ils débarqueraient assez rapidement pour diagnostiquer pourquoi son ordinateur ne leur envoyait plus d’informations… Ils se rendraient compte qu’elle avait supprimé les mouchards et cela lui poserait des problèmes.

Au lieu de ça, le programme fournit sur la clef simulait une activité sur l’ordinateur de l’utilisateur, activité envoyée directement aux mouchards, permettant ainsi à l’utilisateur d’effectuer des actions de manière cachée. Cela s’appelait de l’obfuscation.

L’utilisation prolongée du programme était déconseillée, car une analyse poussée de la part de l’Académie finirait de détecter qu’il ne s’agissait pas d’une activité humaine et attirerait l’attention…

Il était expliqué que l’Académie enregistrait les habitudes des étudiants afin d’en déduire un « profil ». Chaque session d’un étudiant sur son ordinateur se voyait comparé à son profil. En fonction de ce que l’étudiant avait fait, son profil était mis à jour afin de prendre en compte certaines nouvelles habitudes, mais si l’étudiant modifiait de manière trop brutale sa manière d’utiliser son ordinateur, une alerte serait envoyée à son responsable, qui viendrait voir ce qu’il se passait.

Il était donc conseillé de continuer à utiliser aussi normalement que possible son ordinateur, histoire que son profil reste cohérent.

Erin pris très au sérieux cette mise en garde. Elle n’était pas étonnée plus outre mesure, car elle s’était doutée que tout ce qu’elle faisait sur son PC était fliqué.

Erin utilisa la clef sur son ordinateur. Le programme se lança automatiquement. Une petite fenêtre avec un compte à rebours apparu.

Les activités d’Erin sur son pc étaient à présent cachées pour la prochaine demie-heure. Erin suivit ensuite les instructions afin de passer par une brèche dans le pare-feu de l’Académie. Elle ne savait pas trop d’où sortait cette brèche et comment on avait réussi à l’y introduire sans qu’elle ne soit remarquée, mais c’était cadet de ses soucis.

Le premier endroit que le papier lui conseillait de visiter était un salon de discussion IRC, nommé #dchat, sur le serveur talk.masked.

Apparemment, ce serait son point d’entrée… Erin retourna le papier. Rien de plus ? Donc, des mises en gardes, utiliser le programme et aller sur #dchat… Le temps que Erin contourne le pare-feu, et il ne restait plus que 20 minutes.

Erin se connecta à IRC… Choisir le serveur, entrer dans le salon… C’était bien beau tout ça, mais que devait-elle faire maintenant. Elle lista les pseudos présents : Fluke, Mirror, Nightowl, Junior, Omen… Comment choisir à qui parler ? Et que faisait-elle là d’ailleurs ?

Le compte à rebours continuait à tourner. Plus que 10 minutes. Erin se demandait à quoi bon rester, quand un message l’interpella.


Kwier vient de se connecter à dchat.


Kwier. C’est ça, c’est ce nom-là qu’il lui avait donné !

Erin avait choisi comme pseudonyme Pathfinder, Kwier ne pouvait donc pas savoir que c’était elle. Il ne savait même pas comment elle s’appelait d’ailleurs. Il fallait donc que ce soit elle qui entre en contact avec lui.

Maintenant qu’elle était là, autant jouer le tout pour le tout. Erin ouvrit une fenêtre pour parler en privé.


talk.masked #dchat

<Pathfinder> Bonsoir


Pas de réponse.


<Pathfinder> Comment allez-vous depuis hier soir ?


Toujours pas de réponse.


<Pathfinder> J’ai beaucoup apprécié l’exemplaire de 1984 que vous m’avez laissé…


Comment lui faire comprendre qu’il s’agissait d’elle ? Erin allait abandonner, de toute manière, il ne restait quasiment plus de temps. Et elle ne voulait pas prendre de risques. Puis un message apparu.


<Kwier> Heureux que cela vous ai plus. Alors, comme ça, vous décidez de suivre les conseils d’un inconnu et de voir ce qu’il avait à vous apprendre ?

<Pathfinder> Oui.

<Kwier> Et si j’étais l’un d’eux.

<Pathfinder> Je pense que ce n’est pas le cas.

<Kwier> OK. Bien. J’aime bien votre point de vue terre à terre. Il reste combien de temps au compteur ?

<Pathfinder> Moins de cinq minutes.

<Kwier> Pas de quoi discuter, mais suffisamment pour se redonner RDV.

<Pathfinder> Oui. Dommage. J’avais beaucoup de questions, mais ce n’est pas le moment.

<Kwier> Oui. On a eu du mal à avoir les caractéristiques des mouchards de l’Académie, et on n’est pas surs à 100% de ce que l’on a réussi à récupérer. Il ne vaut mieux pas jouer avec le feu.

<Pathfinder> Oui, je comprends.

<Kwier> Du coup, on se revoit quand ? Faut pas utiliser le programme plus de 2 ou 3 fois dans la même journée. Faut qu’on l’améliore avant…

<Pathfinder> Aujourd’hui, ça risque d’être compliqué, si je ne veux pas changer les projets que j’avais. Et comme le but est que je reste naturelle…

<Kwier> Ce soir ?

<Pathfinder> OK. Ça va être dur d’attendre pour avoir des réponses, mais OK. Vaut mieux ce soir que pas du tout après tout.

<Kwier> ’k. On fait comme ça. À ce soir.

Kwier est hors connexion.


Erin se dépêcha également de tout déconnecter. Elle arrêta le programme à quelques secondes de la fin. C’était frustrant, mais elle comprenait. Kwier s’était dépêché de se déconnecter pour qu’elle n’ait pas envie de rester plus longtemps et éviter qu’elle dépasse le délai.