Erin passa les deux heures suivantes à travailler sur l’obfuscateur. C’était une partie qu’elle avait négligé jusque-là.

S’ils n’avaient pas focalisé leur énergie sur l’implant, jamais le petit programme de Kwier n’aurait été prêt à temps. Mais là, elle avait besoin de pouvoir utiliser son ordinateur pour désactiver l’implant plusieurs heures d’affilées, et regretta que personne n’ai cherché à améliorer l’obsfucateur.

Elle passa en revue tous les fichiers que lui avait envoyés Kwier, sur les caractéristiques des sniffers réseau, et des logiciels d’apprentissage et de vérification, au cas où elle aurait oublié quelque chose qui pourrait lui être utile maintenant. Et elle ne se rendit pas compte des allées et venues de Cerise dans la chambre. Celle-ci, voyant Erin très occupée, s’était faite discrète.

Finalement, au bout de deux heures d’acharnement, Erin balança toutes les feuilles par terre.

— « Ça sert à rien !

— Qu’est ce qui ne sert à rien ? demanda Cerise, qui était en train de lire sur son lit.

— Oh, Cerise, tu es là !? Tu es là depuis combien de temps ?

— Sur mon lit ? Au moins depuis une bonne demie-heure. Mais je suis passée plusieurs fois dans la chambre ces deux dernières heures, et toi, tu n’as pas bougé d’un pouce.

— Cerise, tu crois que tu pourrais m’aider ?

— Ça dépends, c’est sur quoi? dit Cerise.

— Un truc sur le contournement de mesures de protections.

— Ton option sécurité informatique ? Celle que je n’ai pas pris ?»

Erin hésita, mais comme Cerise lui avait demandé de rester en dehors de tout ça, elle finit par répondre.

— Oui, c’est ça. On me demande de trouver des idées pour rester le plus discrète possible dans un réseau ayant un système de surveillance ayant ces caractéristiques là… Tu vois ? Là, ils récupèrent les infos, et les habitudes des utilisateurs… Là, ils les agrègent. Ici, c’est une I.A. qui apprend le comportement de la personne…, expliqua Erin en montrant un schéma à Cerise.

— Oui. Cette IA ferait donc de l’apprentissage automatique et de la classification non supervisée… Donc l’idée c’est d’avoir un comportement différent de d’habitude, mais qui passe inaperçu.

— Oui, c’est ça. »

Cerise réfléchit. Elle avait beau être assez excentrique et aimer faire les boutiques, elle n’en était pas moins très brillante.

— « Ça fait deux heures que je suis là-dessus et je n’ai pas d’idées », expliqua Erin.

Cerise attrapa un crayon et réfléchit quelques minutes.

— « L’idéal serait de faire apprendre le nouveau comportement voulu au sniffer, pour qu’il finisse par le considérer comme normal. En y allant par touches successives. Comme ça, le changement de comportement serait invisible.

— Oui, mais si le temps manquait ?

— Si le temps manquait… »

Cerise passa un long moment à étudier les schémas et à réfléchir.

— « Et tu as pensé à… » et Cerise griffonna sur le schéma, pendant plusieurs minutes.

Lorsqu’elle finit, Erin regarda stupéfaite ce que Cerise avait noté. C’était brillant.

Cerise avant envisagé d’utiliser du spoofing pour que le trafic ne soit pas directement lié à la machine émettrice, mais à une autre du réseau. Comme ça, tout ce qu’elle ferait sur cette machine semblerait venir d’une autre. Les soupçons se poseraient sur quelqu’un d’autre.

L’idée était simple, relativement facile à mettre en place. Erin remercia Cerise, qui retourna à son bouquin. Tout en s’arrangeant pour que l’adresse ne soit pas celle de Cerise, Erin pris une adresse au hasard, afin de faire croire que le trafic sortant de son ordinateur venait d’un autre.

Cette personne aurait quelques problèmes jusqu’à ce que l’Académie enquête directement sur son PC et se rende compte qu’il n’y avait rien.

En attendant, Erin aurait eu le temps de faire ce qu’elle voulait faire. Par contre, elle ne pourrait sûrement pas réutiliser le truc du spoofing plus d’une fois…