Bon… Il fallait qu’elle trouve des alliés. Ce qui voulait dire qu’elle allait également devoir se dévoiler un peu. Et si elle choisissait les mauvaises personnes, elle risquait de se faire dénoncer… Et si c’était le cas… Il ne fallait pas que l’Académie puisse trouver quoique ce soit de compromettant dans sa chambre.

Elle effaça de manière sécurisée le programme de Kwier de son ordinateur, ainsi toutes les traces de son activité et des DCC. Elle prit la clef USB contenant le programme, et tous les papiers qu’elle avait imprimé dernièrement sur les caractéristiques de l’implant et se demanda quoi en faire.

Elle n’avait pas vraiment été prudente ces derniers temps, et elle avait de la chance que l’Académie ne se soit pas intéressée à elle… Rien que les documents qu’elle avait laissés traîné sur le bureau de son pc, ou encore ses notes manuscrites étaient compromettants… Heureusement pour elle, l’Académie semblait uniquement filtrer le réseau, mais ne semblait pas s’intéresser aux documents présents sur les disques durs.

Elle farfouilla un moment dans les paramètres de son imprimante, et vida entièrement la mémoire de celle-ci. Si l’Académie venait voir ce qui avait été imprimé ces derniers temps, ils ne trouveraient plus rien.

Elle devait maintenant faire disparaître les documents papier, et trouver une cache pas trop loin de sa chambre et assez discrète pour la clef USB. Un endroit où elle pourrait la récupérer facilement et retourner s’en servir dans sa chambre.

Erin sortit de sa chambre en catimini. A partir d’une certaine heure, tous les élèves étaient dans leur chambre et il y avait des rondes de surveillance pour vérifier que tout se passait bien. Et des caméras de sécurité. Les seuls élèves qui se baladaient encore dans les couloirs étaient ceux qui revenaient du réfectoire ou ceux qui allaient aux toilettes, ou encore ceux qui avaient trainé un peu trop tard en ville, et il leur était vivement recommandé de retourner dans leur chambre…

Erin avait étudié il y a longtemps l’emplacement des caméras, c’était d’ailleurs l’une des premières choses qu’elle avait fait en arrivant. Elle et Cerise avaient joué à trouver leurs angles morts. A l’époque, c’était juste un jeu. Les caméras de surveillance ne semblaient n’être qu’un élément du décor…

Quelle insouciance ! Elle avait beaucoup changé depuis. Mais après tout, heureusement qu’elles avaient fait ça au début, elle n’aurait pas à le refaire et son comportement ne paraîtrait pas louche.

Elle savait qu’il était donc possible, d’aller de sa chambre aux sanitaires sans se faire remarquer. Comme les caméras balayaient les couloirs, il fallait être synchrone pour passer au bon moment.

Au moment ou elle passait la porte des sanitaires, elle entendit des pas dans le couloir. Elle referma la porte le plus discrètement possible et cacha les papiers dans un des cabinets, au cas où la personne qui rodait dans les couloirs aurait l’idée de jeter un œil par la porte. Évidemment, tous les élèves avaient le droit d’aller aux toilettes pendant la nuit, elle préférait juste qu’on ne la trouve pas avec ses papiers à la main.

Les pas s’éloignaient. Une fois qu’elle fut certaine que le gardien était parti, elle reprit les papiers. Que faire maintenant qu’elle était là ? Elle ne pouvait pas simplement les fourrer dans les toilettes et tirer la chasse, cela aurait sûrement bouché les canalisations !

Et si elle manquait de chancre, ils seraient retrouvés, même abîmes par l’eau. Et ils pourraient peut être remonter à elle ou à son imprimante. Erin nota pour elle-même de vérifier si les rames de papier dont elle disposait dans sa chambre avaient un filigrane permettant de les tracer.

Et elle n‘avait pas envie passer la nuit à déchirer ses papiers en petits bouts pour les faire partir dans la canalisation petit à petit…

Elle avait pris de quoi les brûler… Mais elle ne pouvait pas le faire ici. L’odeur de la fumée aurait sûrement alerté le détecteur d’incendie, ou aurait tout du moins paru louche.

En cherchant une idée, son regard se posa sur les petites lucarnes, en hauteur, qui apportaient la lumière de la lune à la pièce. Peut-être pourrait-elle trouver une solution dehors.

De toute façon, sortir de là n’était pas totalement idiot. Elle aurait besoin de trouver un moyen de sortir sans être vue du dôme un jour ou l’autre, alors quitte à être là, autant essayer tout de suite.

Erin grimpa sur l’un des lavabos, puis, se mettant sur la pointe des pieds, ouvrit la lucarne. Celle-ci était assez grande pour la laisser passer, en se contorsionnant un peu.

Pourvu que personne n’ai d’envie pressante là maintenant tout de suite… Erin hissa la liasse de papiers sur le rebord de la lucarne, puis se hissa dehors.

Heureusement que le dôme Jacquart n’était pas haut. Erin récupéra ses papiers et sauta dehors. Cela serait glissant pour remonter, mais ça devrait pouvoir se faire, grâce aux madriers de soutien de la structure. Ouf ! Elle aurait du vérifier qu’elle pourrait remonter avant de sortir…

Le plus simple pour faire disparaître les documents serait peut-être de les enterrer en forêt. Avant que quelqu’un mette la main dessus, il se passerait du temps… Et d’ici là, les empreintes qu’elle aurait laissé seraient peut être partie… D’ailleurs, personne ne venait jamais à l’arrière du dôme, même elle.

Elle se maudit intérieurement. Elle aurait quand même pu faire preuve de plus de curiosité depuis qu’elle était là ! Si elle savait où les caméra étaient à l’intérieur, elle n’avait aucune idée de où elles étaient hors du dôme. En plus, la nuit était claire, cela la rendait relativement visible…

Erin avança doucement, cherchant à éviter les caméras. Elle failli rencontrer une ou deux patrouilles de sécurité, puis atteint la forêt.

Là, elle creusa avec ses mains un trou assez profond et y enfouit les papiers. Elle choisit tout compte fait de les brûler, profitant de l’abri pour que la fumée ne soit pas visible, puis reboucha le trou, remis des feuilles mortes par-dessus, et repris la direction du dôme Jacquart.

À quelques pas de l’orée de la forêt, Erin se figea. De nombreux gardes. Elle tendit l’oreille. Apparemment, l’un d’entre eux avait cru apercevoir quelque chose entre les arbres, et avait ramené du renfort.

Ils étaient en train d’appliquer le protocole et de se répartir la zone de recherche.

— « Zut… Je fais comment, moi ? », se demanda Erin.

Erin reparti doucement vers la forêt, cherchant une cachette. Chose rassurante, elle n’avait pas vu de chiens. Il y avait donc un espoir de passer entre les mailles du filet.

Elle trouva une petite cachette, dans le creux d’un arbre et s’y blotti. Ici ou ailleurs, ça n’avait pas trop d’importance. Ça serait de la chance s’ils la voyaient, surtout si elle restait discrète. Après tout, de loin, ils n’avaient pas l’air convaincu qu’il puisse y avoir quelqu’un…

Après une attente qui lui parut interminable, Erin vit passer un des gardes à côté d’elle . Il était à moins d’un mètre d’elle. Elle aurait presque pu le toucher. Mais par chance, celui-ci cherchait surtout des traces à terre, ce qu’elle n’avait pas laissé, et il ne vit pas Erin.

Une fois le garde passé, Erin repartit le plus discrètement possible du côté du dôme Jacquart. Elle fonça en direction du dôme, grimpa rapidement en prenant appui sur les madriers, et atteint la fenêtre des sanitaires. Elle passa la tête par la lucarne, et s’assura que personne n’était là, descendit le plus doucement possible, et referma la lucarne.

Elle se débarbouilla du mieux qu’elle put, pour effacer les traces de sa petite escapade. Une fois propre, elle reprit tranquillement la direction de sa chambre.

Si désormais, elle tombait sur un surveillant, ça serait moins grave. Elle évita quand même les caméras de surveillance, au cas où le vigile s’interroge de la voir revenir sans l’avoir vu partir… Question de cohérence.

Au détour du couloir, juste avant d’arriver à sa chambre, dans l’un des angles morts, elle cacha la clef USB dans le pot d’une plante décorative, puis retourna à sa chambre, le cœur battant, et s’allongea dans son lit.

Elle devait se calmer, et réussir à se faire à ce stress. Car il était sûr qu’elle aurait encore besoin de sortir par-là dans les prochains jours ou les prochaines semaines…