Kwier était soulagé d’avoir eu des nouvelles d’Erin, mais les autres de #freedomnia étaient un peu déçus qu’elle n’ait pas réussi à mettre de backdoor sur les serveurs. Dans les nombreux fichiers qu’elle avait rapporté, ils avaient trouvé des choses utiles.

Mais comme l’urgence était de les faire sortir de là, ils s’étaient dans un premier temps penchés sur la barrière électrifiée.

En fait, ce n’était pas composée d’une unique grande enceinte, mais de pleins de petites sections électrifiées individuellement. L’ensemble était maintenu sous tension grâce à de nombreux générateurs disposés tout autour du campus. Afin de ne pas perdre un pan de la barrière en cas de défaillance d’un des générateurs, chaque section était alimentée par quatre générateurs, qui eux même alimentaient quatre sections. Cela permettait de la redondance et faisait que la défaillance d’un générateur n’était pas grave et ne créait pas de brèche.

Il était nécessaire de désactiver simultanément quatre générateurs contigus afin de désactiver l’électrification de la barrière au niveau d’une section et d’ouvrir un passage.

De plus, cela devait se faire simultanément, car les générateurs étaient équipés d’une alarme. Si un générateur tombait en rade, il émettait un signal, et une équipe de sécurité était appelée sur place. Ce serait compliqué pour une seule personne de tout désactiver avant l’arrivée de la sécurité. Pierre, Victor, Alexis, Zara et Fabien devraient être mis à contribution.

Alexis leur avait même fourni, via un dessin d’art abstrait dans le forum d’arts plastiques, les plans des rondes des gardes, avec lesquels il avait réussi à faire du jogging de manière régulière. Ils avaient pu ainsi mettre au point un plan : Ils se mettraient en petits groupes de deux, sauf Erin qui serait seule. Ils allaient devoir se synchroniser afin de désactiver exactement au même instant leurs générateurs respectifs, instant choisi en fonction des rondes. À ce moment-là, les alarmes retentiraient, les vigiles seraient au plus loin et ils allaient avoir un peu de temps pour revenir vers la barrière et sortir.

Ils avaient choisi de s’attaquer aux générateurs en bordure de la ville: les rondes dans la forêt étaient trop fréquentes, les abords des dômes trop visibles et ne parlons pas du côté de la porte principale… Et puis, l’arrière de la ville présentait un autre avantage : en cas de problème, il était toujours possible de revenir rapidement en ville et de se fondre dans la masse.

A la base, Pierre leur avait proposé de fabriquer de petites bombes EMP, de les placer à proximité des générateurs et de les déclencher à l’heure voulue. Mais Erin et Cerise avaient refusées, car elles préféraient que quelqu’un puisse gérer en cas de problèmes. Cela aurait été trop dommage de rater leur coup si l’une des bombes ne fonctionnait pas ou avait été découverte et désamorcée.

Ils avaient quand même garder l’idée pour leurrer l’Académie : ils se serviraient de bombes EMP pour désactiver des générateurs aux quatre quoi du campus, peu de temps avant qu’ils ne désactivent les leurs, dans le but de disperser les équipes de sécurité.

Dans un second temps, une fois dehors, ils devraient traverser un bout de la vallée à pied. Les abords de l’Académie n’étaient pas praticables en voiture, et qu’une voiture les attendent sur la seule route qui y menait aurait été trop visible. Ils devraient donc retrouver une petit camionnette au village de Luta, conduite par un membre de #freedomnia.

Une fois à Luta, ils pourraient se changer, et se camoufler, pour passer les barrages potentiels, dans l’hypothèse où l’Académie se soit lancée à leur recherche. Personne ne savait à quel point ils avaient le bras long dans la région.